La plupart des personnes qui me contactent pour faire de la sophrologie, ne savent pas réellement, ce que c’est 😉 Mais elles ont l’intuition que “ça peut leur faire du bien” ou que “ça peut les aider”…

Je confirme !

Expliquer ce qu’est la sophrologie est alors nécessaire. Pour autant, au-delà de l’aspect technique ou méthodologique, le mieux en la matière c’est de pratiquer.

C’est un peu comme lorsque vous essayez de décrire à quelqu’un ce que cela fait de faire du vélo. C’est une approche forcément incomplète car elle exclue d’emblée le plus important : l’expérimentation et l’expérience personnelle.

Ainsi, cette quête de soi que propose la sophrologie reste par définition unique et subjective.

Les sophrologues ont donc un effort pédagogique à faire pour que cette belle méthode capte l’attention, intéresse et permette à des gens de se trouver, de se sentir mieux, d’acquérir des outils pour mieux vivre leurs émotions.

Pour celles et ceux qui hésitent encore, qui sont tentés mais ne prennent pas encore leur téléphone ou encore qui sont curieux, voici 8 choses à savoir sur la sophrologie 😉

 

C’est un patchwork réussi

La sophrologie est une méthode complète qui s’inspire en réalité de plusieurs autres approches. Parmi celles-ci : le zazen japonais, le yoga, la relaxation, l’hypnose… L’influence orientale y est importante et fondamentale (hindouisme, bouddhisme, ayurvéda…).

Sa force est sans doute dans la compilation de l’ensemble pour répondre aux contraintes et enjeux des sociétés occidentales.

 

Elle est facile

La sophrologie ne requiert aucune compétence particulière. Elle propose un ensemble d’exercices simples de trois types :
– des respirations
– des mouvements de tensions/relâchements corporels
– des visualisations.

A partir de ce corpus méthodologique, la personne se branche peu à peu sur elle-même. Elle se met à écouter son corps et à en prendre conscience.
C’est cette conscience nouvelle qui éveille ou réveille alors, toutes les ressources et les potentiels présents en chacun 🙂

 

Ce n’est pas un sport

Lorsque je montre les exercices à mes clients puis les pratiquent avec eux, je précise toujours la chose suivante :

La sophrologie n’est pas un sport. Il n’y a donc pas la notion de “bien faire un geste” ou de “faire mieux“.

Le plus important est de pratiquer les exercices ou les gestes en conscience. “Bien à l’intérieur de soi”, comme je répète souvent. C’est à dire en ne laissant pas les pensées pirates (expression que j’emprunte à un de mes clients !) envahir le terrain (je vous rassure, ça se travaille !). Donc en se centrant sur ce que l’on vit au moment même.

 

Elle est efficace

C’est prouvé la sophrologie marche. Elle permet d’éprouver des changements et des améliorations assez rapidement. C’est-à-dire en quelques séances (5 à 7 par exemple).

Elle marche parce que la personne qui pratique repart avec des outils. Elle ne reste pas sans solution face à sa problématique. Elle a des ressources, des recours et des clés d’action.

La sophrologie est riche. Ainsi chacun peut accrocher sur tel ou tel exercice, selon son ressenti, son besoin, sa sensibilité, sa personnalité, son expérience, etc.

Je suis toujours émue d’entendre après un exercice, un ou une cliente laisser échapper de façon enthousiaste :

Ah oui celui-là j’aime bien !

Parce que c’est sans doute là que tout commence. Parce que la résonance est là, comme un indicateur d’appropriation et d’intégration.

[A lire en complément]

 

Elle est résolument positive !

La sophrologie part d’un a priori positif à propos de chaque être humain. Elle envisage les individus – non pas comme déficitaires mais comme bénéficiaires.

Elle ne les réduit pas à ce qu’ils n’ont pas (pas confiance en eux, pas la capacité à gérer leur stress, pas à l’aise dans telle situation…).

Au contraire, elle les accueille d’emblée comme des êtres doués, compétents, experts, dotés de ressources. Des êtres qui ont juste besoin d’un petit coup de main pour en prendre conscience 🙂

Et ce côté positif, ça fait un bien fou !

 

Elle est puissante

Les domaines d’application de la sophrologie sont larges. Elle répond à de nombreux besoins et se décline ainsi dans divers milieux, en tant que telle ou en complément.

Par exemple :

  • La médecine (générale mais aussi gestion de la douleur, soins palliatifs, anesthésie, cancérologie, cardiologie, gériatrie, gynécologie, obstétrique, nutrition, addictions,….).
  • La santé psychique (deuil, mal-être, confiance en soi, estime,…)
  • Le monde du travail (stress, relations professionnelles, rapport au temps,…)
  • Le sport (préparation mentale, optimisation des ressources,..)
  • L’éducation & la pédagogie
  • Etc

Puisque la sophrologie travaille à partir des ressources de chacun, elle peut s’adapter à de multiples problématiques.

 

Elle se pratique avant tout

Le chemin vers soi prendre parfois du temps. La sophrologie met à la disposition de chacun des exercices pour y parvenir et pour favoriser de belles découvertes.

En pratiquant régulièrement les exercices avec lesquels la personne est la plus à l’aise, des petits pas sont franchis au quotidien.

L’entrainement est donc un élément important. Mais, comme je le dis à mes clients : il faut le faire avec envie et plaisir ! Sinon, il vaut mieux laisser tomber et attendre la séance suivante pour pratiquer. Je veille à ce que les personnes qui me sollicitent, installent une intégration progressive et plaisante de la sophrologie. Certaines vont refaire chaque jour certains exercices. D’autres ne vont pas y penser ou ne pas prendre le temps, pendant plusieurs semaines. Jusqu’à ce qu’un déclic se produise.
[Lire aussi…]

 

Elle est une philosophie de vie

La sophrologie travaille de façon holistique. Elle s’appuie sur l’unité psycho corporelle de chacun. Elle permet ainsi d’apporter du bien-être globalement : dans le mental, dans le corps, dans les émotions… et donc dans toutes les sphères de la vie (relations, travail, couple, besoins vitaux,…).

Ce qu’elle amène surtout (il me semble) c’est la conscience du prendre soin de soi et sa mise en œuvre au quotidien. 

Peu à peu, la personne qui pratique s’ouvre à elle-même, tend l’oreille vers ses réels besoins et les entend et trouve des clés pour y répondre. Un cercle vertueux se créée.

 

Alors ? Ça vous tente ? 😉

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>