Si parfois nous ressentons le besoin “d’aller prendre l’air”, c’est que sans doute, nous en manquons (d’air). Parce que lorsque nous ne manquons pas d’air, nous sommes capable d’audace ! Nous osons voire nous bousculons le cadre…

Mais étouffés par le rythme de nos vies, la centaine de décisions que nous devons prendre chaque jour, les responsabilités qui nous incombent et nos divers états émotionnels, nous atteignons régulièrement nos limites (d’air). D’ailleurs, au bout d’un moment, tout nous pompe l’air 😉

Pourquoi et comment prendre l’air ? Quelques pistes 😉

1/ Votre mental a besoin d’aller prendre l’air

Vous le sentez, ces derniers temps : vous saturez. Votre cerveau n’imprime plus. Vous avez même quelques troubles de la mémoire. Vous agissez en mode “pilote automatique”, vous abattez des tâches mais votre plaisir et votre satisfaction personnelle semblent avoir quitté le navire…

Vous travaillez beaucoup et dormez mal. Votre mental ressasse et cogite quasi en permanence sur ce qu’il vous faut faire, reste à faire, ne surtout pas oublier de faire…

Vous commencez à “en avoir marre”. Vous avez le sentiment de vous “traîner”, vous avez “mal partout”. Vous ressentez comme une perte de sens, une incompréhension.

Vous êtes en fait, en état de stress chronique. Car de toute évidence, cela fait un moment que vous tenez bon. Et à force, cette “période chargée” qui devait prendre fin sous peu est en réalité, devenue votre quotidien.

J’en ai déjà parlé moultes fois, si vous êtes dans cette situation, vous êtes en danger. Car sans mesure concrète, l’étape suivante est… l’effondrement.

Soigner sa prise d’air est essentielle. Et ce en continu, tout au long de sa journée et de sa semaine. Un petit week-end tous les deux ans, ça ne marche pas.

Quelques idées :
Faire des pauses ! Et oui cela parait basique mais je connais tellement de personnes qui ne s’octroient aucune vraie pause dans leur journée… Faire une pause pour respirer (faire le tour du pâté de maison par exemple), en évitant de parler boulot évidemment, pour oxygéner son cerveau. Une pause qui change les idées quoi (thé en conscience, sudoku, coup de fil amical, relaxation,…).
Prendre RDV avec soi pour se consacrer deux heures minimum hebdomadaires (hors week-end) à une activité que l’on aime (lire, faire du sport, visiter une expo,…).
Prendre son lundi matin ou son vendredi après-midi de temps en temps (et ne pas le consacrer à des tâches ménagères…).
Partir en week-end même à quelques kilomètres de chez soi
– Tous les trois mois, se repositionner en listant ses priorités dans la vie


2/ Votre corps a besoin d’aller prendre l’air

Lorsque vous tirez sur la corde, votre corps fait tout pour suivre. Il arrive un moment où n’en peut plus. Il envoie quelques signaux que – la plupart du temps – vous n’écoutez pas. Et puis un jour, vous chutez bêtement du trottoir ou vous explosez de colère face à une broutille ou encore, vous ne parvenez pas à sortir de votre lit,…

Votre corps vous arrête. Votre corps trouve un moyen de vous stopper. Il a compris que sans cela, vous ne vous autoriserez pas à vous reposer ou à prendre un peu de distance.

Il est dommage d’en arriver là… Malheureusement, les candidats au stress chronique sont souvent ceux qui ne pourront pas écouter ces signes de leur corps. Ils ne pourront pas car leur rigueur, leur sérieux et leur loyauté primeront.

Pour prévenir ces états qui peuvent “mettre au tapis” plusieurs semaines voire plusieurs mois parfois, l’écoute de soi reste la seule et unique voie.

Ecouter ses sensations, entendre ses besoins et agir pour y répondre.

Quelques pistes :
– Au réveil, se demander comment on se sent. Décrire les sensations présentes en ressentant chaque partie de son corps
Bouger, marcher, danser, s’étirer,… aussi souvent que possible
Renouer avec ses sensations de base : la faim, la satiété, le sommeil. C’est à dire, “tendre l’oreille” pour les percevoir et y répondre dans la foulée
Manger en conscience, prendre le temps de percevoir chaque aliment en étant pleinement présent à l’acte de s’alimenter.

Il restera à faire de ces idées, une véritable hygiène de vie.
Il restera à trouver ce qui vous correspond le mieux pour préserver votre précieux équilibre corps-esprit, cher à la sophrologie 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Website Protected by Spam Master


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.