Premier signe : votre vocabulaire binaire

Votre façon de parler, de choisir vos mots est porteuse d’informations. Si vous êtes du genre « tout ou rien », vous utilisez probablement très souvent les termes : toujours/jamais, oui/non, gentil/méchant, délicieux/dégueulasse, blanc/noir,  génial/pourri, etc. 

Vous aimez les opposés, les pôles, les extrêmes. Vous êtes engagés, parfois en colère, passionnés ou totalement dépités. Vous êtes donc capables de vous enflammer pour une cause ou une idée mais aussi de la balayer d’un revers de main, quelques jours plus tard. 

 

Deuxième signe : votre insatisfaction chronique 

Votre satisfaction se fait rare. Vous avez souvent à redire sur ce que vous vivez seul ou avec d’autres. Il y a des manques, des zones de flou, des incertitudes qui vous mettent mal à l’aise. Vous rongez votre frein et l’insatisfaction devient quotidienne. 

Vous vous agacez, vous trépignez en attendant LA solution, vous vous impatientez… et finissez régulièrement épuisé. Votre fatigue est à la hauteur de vos aspirations. 

Vous pouvez alors critiquer, râler, douter, vous isoler, être frustré, jaloux, abattu, procrastiner… 

 

Troisième signe : vous aimez avoir le contrôle 

Vous menez votre vie tambour battant, au clair dans vos souhaits. Vous êtes dans l’agir, dans l’action. Vous aimez avoir des résultats, des preuves de votre engagement. Vous êtes capable de déplacer des montagnes. Autonome, vous décidez, vous prévoyez la solution et vous foncez pour l’atteindre. 

Lorsque les choses ne se passent pas comme prévu et que « ça » résiste, vous êtes mal. Tout semble s’écrouler. Vous traversez une petite mort. Tout est à jeter. Votre fatalisme fait loi. Votre vie tout entière vous semble nulle et foutue. 

 

La nécessité de s’ouvrir 

Si vous vous reconnaissez dans cette description et que vous souffrez de ce fonctionnement un peu trop binaire, sachez qu’il y a des solutions pour vous permettre d’être plus épanoui dans votre vie. 

Ces solutions se situent du côté de l’ouverture. L’ouverture à/de soi et à ses propres émotions (multiples et variées) en premier lieu. Et l’ouverture à son environnement et aux autres. 

Pour commencer, écoutez. Ecoutez vos ressentis, écoutez vos interlocuteurs, écoutez la nature. La question n’est pas ici de savoir si vous validez ou non, si vous êtes d’accord ou non,… Mais juste de vous permettre de ne plus rien faire que d’écouter. Sans chercher à évaluer, sans chercher à (se) convaincre, sans chercher à juger, à condamner ou à valider. 

En tendant vraiment l’oreille, vous vous autorisez à envisager d’autres points de vue, d’autres idées, d’autres pensées, d’autres ressentis, d’autres approches, d’autres avis, d’autres possibilités, d’autres méthodes, d’autres horizons. 

Peut alors entrer dans votre lecture ou votre vision, la notion de nuances, de mouvances, d’évolution, de modération,… 

Toutes ces phases qui amènent du réconfort, de la patience, de l’espoir, de la coopération, de la perspective. 

L’essentiel étant de se reconnecter à un rapport au temps qui passe, plus juste. C’est à dire moins pressé, moins impatient. Davantage du côté de la construction, de l’endurance, du laisser-vivre (le fameux lâcher-prise) et surtout de la confiance. Confiance en soi, confiance en l’autre, confiance en l’Univers tout entier 😉 

Les flottements peuvent devenir des périodes positives. Peut-être inconfortables mais utiles au final. Chaque moment de latence apporte quelque chose. Il permet une maturation, une précision, une élaboration,… Et ensuite, un équilibre. Équilibre que l’on espérait ou pressentait. Ou équilibre que l’on découvre et savoure. Ce n’était pas le plan de départ sous doute mais c’est tout aussi épanouissant au final ! 😉

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.