Oui, aussi surprenant que cela puisse paraitre, il est possible de s’engueuler de façon constructive !

Sauf que dans le feu de l’action, on oublie souvent l’essentiel…


Tout d’abord : pourquoi s’engueule t-on ?

D’après le dictionnaire, une dispute est :

Un échange d’arguments contradictoires sur un sujet donné.

Ou encore :

Une discussion ou débat plus ou moins âpre et violent entre plusieurs adversaires ou plusieurs partis.

Un échange bruyant de propos hostiles.

 

Il y aurait donc plusieurs composantes : des gens, un sujet (en désaccord), des mots, des gestes et… de la tension.

Cette tension, présente partout, modifie la donne. Les protagonistes sont en prise avec leur ressenti et leurs émotions. Les mots sortent de façon maladroite ou violente. Les corps se tendent, les mâchoires se crispent, les regards se durcissent.

Bref, personne n’est dans un état serein. Parce qu’il y a de l’enjeu pour chacun.

Alors forcément, ça n’aide pas !

 

Que faire avant tout ?

A ce stade, un seul et unique conseil : RESPIRER !

Inspirer en gonflant le ventre et bien allonger les expirations pour relâcher cette pression ambiante et psycho corporelle. Ça n’est pas une solution miracle mais ça aide grandement.

En sophrologie, il existe plusieurs autres exercices pour apprendre à gérer ces tensions-là mais la base est de retrouver son souffle pour renouer avec ses capacités (d’écoute, d’analyse, de négociation, d’empathie…).

 

Que faire ensuite ?

Ensuite, on peut agir sur deux axes :

1/ Le fond

D’une part, écouter précisément ce que l’autre exprime avec des mots bien sûr mais aussi avec ses gestes, son regard, son attitude.

Il semble en colère ? Triste ? Blessé ? Quel besoin n’est pas comblé en lui ? Qu’exprime t-il de son ressenti ?

On peut même lui suggérer pour reconnaitre son ressenti : “J’ai l’impression que tu es en colère”.

Et d’autre part, faire exactement la même chose pour soi. Aller au-delà du “Nan mais lui, il me saoule grave” !!

Quel est ma sensation ? Quelle est mon émotion ? Quelle valeur l’autre n’a t-il pas respecté ? Quel est mon besoin ? Quelle est ma demande ?


2/ La forme

C’est souvent parce que la forme n’y est pas que l’engueulade flambe. Pour que le conflit puisse déboucher sur une stratégie constructive car approuvée par les deux “parties”, il est ESSENTIEL de soigner la façon que l’on a de s’exprimer.

On s’interdit les insultes bien sûr. Comment être respecté(e) si on ne respecte pas l’Autre ?… Et les “gros mots“. Ça parait pas mais ça donne un autre visage à la dispute 😉

On évite les toujours et les jamais qui figent éternellement un fait ou une parole – ce qui n’est pas juste.

Et surtout : on formule ce qui ne nous convient pas à partir de ce que l’on ressent en utilisant le JE plutôt que le TU.

“Tu me gonfles avec tes chaussettes qui trainent toujours. T’en as jamais rien à foutre de toute façon connard !!!”

devient :

“Je suis exaspéré(e) de devoir ranger tes chaussettes systématiquement. J’ai le sentiment que notre lieu de vie n’est pas important pour toi… et cela m’attriste. A l’avenir, je te remercie de prendre soin de notre intérieur et de mon temps”.

Résultat ?

L’Autre ne se sent pas attaqué, ni insulté. Il est donc plus à même de répondre sur un ton adapté. Il reçoit une information précise sur ce que l’on ressent. Et il reçoit une demande claire.

 

N’oublions pas que toute relation est un trio : moi + toi + nous (j’en ai déjà parlé ici).

Chacun alimente le “nous” à partir de son moi (conscient… et inconscient… mais ça c’est une autre histoire). L’argument de ce qui rassemble (notre intérieur, notre chez-nous, notre amitié, notre projet professionnel, notre voyage,…) permet de remettre de la cohésion sur la base d’un choix commun. Et d’interroger la participation de chacun au “nous”.

Quand j’insulte l’Autre et lui vomis tous les reproches du monde, comment est-ce que je contribue à notre relation ?

Quand j’écoute et entends les besoins et les ressentis de l’Autre (et lui exprime de façon juste, les miens), je prends soin de notre relation et j’essaie d’y contribuer du mieux que je peux car elle est importante pour moi.

 

Bien entendu, il faut un peu de temps pour pouvoir mettre en application ces outils. Mais une fois fait, on gagne en respect mutuel et en épanouissement commun ! 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>