Quand nous étions enfant, lorsque nous jouions, nous prenions notre élan.

Nous reculions de quelques pas pour nous assurer encore plus de longueur, nous courrions de quelques enjambées et HOP !

L’élan faisait ensuite son job.

Il nous propulsait loin pour notre plus grand plaisir !

Ou bien il n’était pas assez intense et nous laissait un goût d’inachevé.

Aujourd’hui nous ne prenons plus notre élan de la même façon 😉

(Quoique ?)

Notre élan est en nous.

Comme une petite flamme allumée.

Une envie d’aller de l’avant et de découvrir ce qu’il y a après ou derrière.

Notre élan nous pousse. Nous permet d’avancer, de créer, d’envisager, d’agir, d’espérer, de construire.

Dans notre cœur, dans notre esprit, dans notre corps.

Il est partout.

Il est parfois très mental ou alors tout émotion ou bien encore ancré dans notre corps.

Certains jours il se fait discret. Nous le cherchons un peu…

Puis il réapparait.

Familier et différent. 

Connu et inconnu à la fois.

C’est un cadeau dont nous avons une petite idée du contenant.

Mais qu’au moment d’ouvrir, nous découvrons intégralement !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>