travail stressJeudi 28 avril 2016, c’est la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail ! Rien que ça.

A l’initiative du Bureau International du Travail, cet évènement a pour vocation cette année de se pencher sur la question ô combien présente dans le monde professionnel : « Le stress, un défi collectif ».

Excellente problématique !
Parole de sophrologue qui voit arriver dans son cabinet des gens épuisés, démotivés, vidés, au bord du précipice et qui n’ont plus le goût du travail ni celui d’agir ou de contribuer à quoique ce soit…

C’est triste et inquiétant.

Mais comme dirait Daniel Pennac, il faut :

« Savoir ce qu’un boulot rapporte, mais savoir aussi ce qu’il vous coûte ».

Oui nous en sommes là.

« Aujourd’hui, de nombreux travailleurs ressentent une forte pression pour répondre aux exigences de la vie professionnelle moderne. Les risques psychosociaux comme la concurrence accrue, les attentes plus élevées sur les performances et de longues heures de travail contribuent à ce que le lieu de travail devienne un environnement toujours plus stressant ». (Source : OMS)

« Le stress lié au travail est désormais généralement reconnu comme un problème mondial affectant tous les pays, toutes les professions et tous les travailleurs tant dans les pays développés qu’en développement ». (Source : OMS)

Que faire ?

Vous l’avez compris, le problème est tentaculaire et nécessite une approche globale, responsabilisante et intégrée. C’est donc bien un « défi collectif » qu’il faut relever et une culture partagée de la prévention et de la prise en charge du stress qu’il faut développer.

Pourquoi ?

Parce que trop de gens souffrent de stress chronique et s’exposent ainsi à diverses maladies potentiellement graves.

Parce qu’il existe des solutions partagées : employeurs, salariés, représentants du personnel, chargés de prévention, évaluateurs, médecins du travail mais aussi médecins généralistes, thérapeutes, ostéopathes, sophrologues 😉 et bien sûr, familles, entourage, etc. Chacun détient un bout de la réponse !

Parce que travailler devrait être synonyme d’épanouissement.

Parce qu’une personne qui travaille ne se résume pas à son travail.

Parce que la vie est trop précieuse pour mourir du travail…

Et donc ?

Parmi les approches possibles : la sophrologie ! Elle permet de :

– Améliorer son bien-être psycho-corporel général
– Apprendre à reconnaitre les situations de stress
– Acquérir des outils pour faire face au stress
– Prévenir les troubles musculo-squelettiques
– Renforcer la confiance en soi et son estime personnelle
– Optimiser ses capacités cognitives (concentration, mémorisation, raisonnement, organisation,…)
– Apprendre à se ressourcer, à se reposer, à récupérer
– Retrouver une qualité de sommeil satisfaisante
– Diminuer les risques de dépression
– Diminuer le taux d’absentéisme
– Dynamiser la cohésion d’équipe
– Prévenir les risques psycho-sociaux.

Que cette journée du 28 avril continue d’éveiller les consciences et de faire bouger les lignes !


Pour en savoir plus :
Page officielle de l’évènement sur le site de l’Organisation Internationale du travail
Le rapport sur “Le stress un défi collectif” (PDF)
Entreprises : travaillez avec moi
Mes 3 vidéos sur le stress sur ma chaine YouTube
Les autres citations bien-êtrologiques

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>