C’est la question que j’ai posée à une de mes clientes, cette semaine.

Répondre à cette question peut permettre d’éclairer un schéma répétitif ou un fonctionnement systématique qui ne convient plus et/ou qui fait souffrir.

Vous savez : ce “truc” qui nous pèse et qui nous amène à passer la porte d’un(e) thérapeute.

Car répondre à cette question, c’est prendre conscience de ce qui nous a manqué.

C’est prendre conscience d’une partie du pourquoi, vous savez : celui qui nous amène à être toujours “plus” :

Plus performant-e,

Plus exigeant-e

Plus dur-e

Plus rapide

Plus normal-e

Plus sage

Plus cadré-e

Plus obéissant

Plus prudent-e

Meilleur-e en tout

Plus discret-e

Plus efficace

Plus disponible

Plus conciliant-e

Etc.

 

Cette question, nous pouvons nous la poser par rapport à notre père.

Mais aussi par rapport à notre mère, à notre partenaire, à nos amis, à nos enfants, à notre hiérarchie,…

Peu importe.

Ce qui compte c’est ce nous ENTENDONS de la réponse.

Par exemple : “J’aurais aimé que mon père me dise qu’il était fier-e de moi”.

 

Ça dit quoi ?

Ça dit sans doute :

Un manque de reconnaissance pour ce que nous avons fait,
Un manque de reconnaissance pour ce que nous avons été,
Un sentiment de ne pas avoir été à la hauteur d’attentes (et d’avoir peut-être déçu ou trahi au point d’être “moins” aimé ?)
Une sensation d’insuffisance permanente et de dévalorisation.
Une course après du “plus” vis à vis de soi-même pour espérer susciter de la fierté.

 

Bref, ça dit avant tout :

un besoin non comblé qui influence notre façon d’être dans la vie (consciemment ou non).

Ce besoin est bien souvent un besoin d’enfant. C’est à dire un besoin que nous avons eu dans notre enfance et auquel un parent (ou un adulte qui s’est occupé de nous) n’a pas répondu. Un besoin pourtant essentiel qui à l’âge adulte rend “incomplet” (je cite une de mes clientes).

Pour autant, et comme je le dis souvent, ce parent qui n’a pas dit qu’il était fier de nous, a t-il lui même entendu la fierté de son ou ses parents ? Pour autant, ce parent qui n’a pas dit (avec des mots) “je t’aime“, a t-il lui même entendu ces mots dans la bouche de son ou ses parents ?

Pas sûr…

L’enjeu est donc d’accueillir ce qui est (ou n’est pas) et de dissocier ce qui appartient à un besoin d’enfant de ce qui appartient à la construction d’une vie d’adulte.

C’est à dire d’identifier ce qui influence de façon toxique nos comportements et ressentis, pour inventer d’autres fonctionnements, plus justes pour soi.

Cela nécessite peut-être un accompagnement pour sécuriser pas à pas ce qui doit l’être et gagner en liberté d’être.

Cela nécessite sans doute de partir à la rencontre de soi-même, sans croyance limitante, avec la conviction que nous sommes des êtres de valeur.

Quoiqu’il en soit.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Website Protected by Spam Master


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.