Râler” : manifester sa mauvaise humeur, protester.

S’il y a bien un comportement quasi universel, c’est bien celui-ci non ? 🙂

Que celles et ceux qui n’ont jamais râlé, se manifestent maintenant ! Ou se taisent à jamais…

[C’est bien ce que je pensais]

 

Pourquoi votre collègue râle t-il/elle ?

Votre collègue râle (comme vous aussi de temps en temps), tout simplement parce qu’il y a un truc qui ne va pas comme il/elle voudrait.

Une contrariété dans l’ordre idéal des choses, en quelque sorte.

Un petit changement de programme.

Un imprévu qui modifie le cours de la journée.

Jusque-là, rien de bien original.

 

Où est le problème ?

Le problème vient du fait que son comportement qui consiste à râler est continu. 

Pas de répit. Pas de pause. Il/elle râle quoiqu’il en soit.

Tout devient prétexte pour râler et râler encore.

 

Vous, en face ou à côté, vous êtes là. Vous êtes témoin de cette boucle négative d’insatisfaction permanente.

Vous, en face ou à côté, vous êtes présent à vous-même et aux Autres. Et vous entendez râler H24.

Vous, en face ou à côté, vous essayez de vous concentrer, de vous motiver, de travailler, de vous centrer sur vos différentes tâches. Et malgré vos efforts, votre collègue vous distille sa mauvaise humeur, sa plainte voire sa protestation perpétuelle.

 

Résultats ?

Votre collègue (je cite) :  vous agace, vous gonfle, vous saoule, vous rend dingue, vous tape sur le système, vous pollue, vous envahit, vous rend chèvre, vous emmerde, vous fatigue, vous épuise, vous déprime.

Et au bout d’un moment, vous parvenez à saturation. 

Mais (il y a toujours un “mais“), il ne vous est pas facile de lui dire qu’il/elle vous tape sur le système.

Car vous êtes trop sympa, vous ne voulez blesser personne, déranger personne, faire de la peine à personne…

Au détriment de votre propre bien-être #jedisçajedisrien

Alors vous encaissez et votre collègue vous agace de plus en plus.

 

Que faire ?

1/ Voir la réalité en face

Les choses ne changeront pas si personne n’exprime son malaise.

 

2/ Identifier clairement ce que cette râlerie continue produit

Pour savoir à quoi on fait face, il est important d’ouvrir sa conscience à ce que cette habitude de râlerie produit en nous.

Énervement ? Déprime ? Négativité ? Agressivité ? Violence ? Déconcentration ? Frustration ? Etc. 

 

3/ Ne plus subir

Du point de vue de l’aménagement du bureau, vous pouvez installer une plante verte géante pour couper le visuel entre votre collègue et vous ou faire installer une demie cloison pour vous concentrer plus facilement.

Du point de vue relationnel, vous pouvez utiliser l’humour qui, nous le savons, permet de faire passer des messages “en douceur” et avec le sourire.

Exemple :

Collègue : Oh la la nan mais t’as vu cette météo pourrie ? Et en plus, la machine à café a mangé ma pièce sans me donner de café !

Vous : Ah bah ça va mieux toi ce matin !! 🙂

Si les choses ne se calment pas, vous pouvez vous appliquer à exprimer votre ressenti et surtout votre besoin. 

Le tout en utilisant le “je” qui a l’immense vertu de ne pas attaquer l’autre.

Exemple :

Collègue : Oh la la nan mais t’as vu cette météo pourrie ? Et en plus, la machine à café a mangé ma pièce sans me donner de café !

Vous : Je te sens en colère ou frustré et je peux le comprendre. Mais je dois te dire que cela m’affecte. J’ai besoin de positif et de joie pour passer une bonne journée. Peut-on voir le bon côté des choses pour nous soutenir ?

 

Si votre collègue est responsable de sa râlerie, vous vous êtes responsable de vous et de votre bien-être. Ainsi, il vous restera sans doute à réfléchir au pourquoi de votre difficulté à exprimer vos ressentis et besoins…
Et à décider de prendre encore plus soin de vous en mettant en place des petites stratégies de préservation de votre espèce 🙂

N’oublions jamais qu’en matière de développement personnel, seuls les actes ancrent les changements 😉

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>