Ça commence dès le lundi matin à la machine à café : ambiance plaintive générale, décuplée pour peu qu’il pleuve dehors.

Puis c’est au tour du patron autoritaire, du collègue de mauvais poil, du client qui hurle des insultes tout ce qu’il peut.

Le soir, pas de répit. Les ados râlent ou boudent ou sont totalement indifférents #auboutdemavie… Le conjoint est stressé par son patron autoritaire ou la mauvaise humeur de sa collègue ou ses clients relou, les chats réclament à manger (ou le chien veut sortir tout de suite maintenant sinon…), la voisine squatte pour la troisième fois histoire de demander si nous pouvons la dépanner en sel, le panier à linge déborde, le lave-vaisselle aussi, le petit déj n’est pas débarrassé et ce rapport ultra urgent n’est pas terminé

Bref : ça sent la super soirée !

 

Les pompeurs d’énergie s’en donnent à cœur joie. Et il se trouve que nous en avons plus que marre de les subir !

A ce stade, j’ai envie de vous dire : BRAVO !

Je vous félicite d’en avoir marre. C’est une excellente chose. Cela signifie que vous prenez conscience que votre énergie n’est pas infinie et qu’il est essentiel de la gérer à bon escient.

 

Comment faire pour ne plus subir ?

1/ Fuir ou éviter

Une première stratégie consiste à éviter toute situation pénible. Ainsi, il est vital de développer notre capacité à disparaitre. Si votre collègue commence sa journée est râlant ou en se plaignant et que cela menace votre excellente humeur, quittez la pièce. Trouvez une excuse “Je te laisse je dois passer à la compta”.

#jepeuxpasjaipiscine

 

2/ Communiquer sur ses besoins

Quand l’agacement monte, appuyez sur STOP. Interrogez-vous sur vos besoins immédiats.

De quoi ai-je besoin ici et maintenant ?

Cela peut être de calme, d’ordre, de concentration, de joie, de silence, d’harmonie entre les êtres,…

Une fois votre besoin identifié : exprimez-le en commençant votre phrase par “j’ai besoin…” !

Si cette stratégie ne fonctionne pas, passez à la 1.

 

3/ Se repositionner

Vous n’êtes pas responsable de la Terre entière.

Vous n’êtes pas responsable de l’humeur de vos collègues.

Vous n’êtes pas responsable de la gestion domestique quotidienne.

Vous n’êtes pas responsable du bonheur des Autres.

Vous êtes responsable de vous. Et c’est déjà pas mal. Les Autres aussi sont responsables d’eux-mêmes.

Ainsi, si le linge (dont vous avez proposé de vous occuper) n’est pas déposé dans le panier ad-hoc par les personnes qui habitent la même maison que vous, ne le ramassez pas. Chacun peut se responsabiliser. Chacun contribue à la bonne marche domestique quotidienne. C’est une co-construction. Vous n’avez pas un bac + 12 en pressing et vous n’êtes pas né avec un fer à repasser dans la main.

Ainsi, si vous ne parvenez plus à vous concentrer au travail pour cause de collègues qui râlent, qui papotent, qui vont et viennent bruyamment, demandez à changer de bureau. Vous en serez plus efficace et gagnerez en sérénité. Et si vous avez peur de vexer, commencez par demander une cloison ou achetez une énorme plante verte pour vous planquer.

 

4/ Positiver

Pour ne pas subir, il est essentiel de se mettre en mode “plaisir“, en mode “positif“, en mode “j’aime ma vie“.

Où que vous soyez, avec qui que vous soyez, demandez vous si cela vous convient et vous rend heureux.

Si la réponse est oui, cultivez ce bien-être en y contribuant avec toutes vos belles qualités.

Si la réponse est non, réfléchissez à ce que vous pourriez faire autrement et ailleurs de vos belles qualités.

 

A force de vous permettre de ne plus subir, vous constaterez que vous êtes plus heureux et surtout plus libre ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Website Protected by Spam Master


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.