Voilà ce qu’a dit Agnès Varda l’autre matin à la radio (je vous laisse deviner quelle émission et quel animateur !).

Scotchant non ?

Ça m’a valu de longues minutes de cogitation, vous vous en doutez 🙂

Comment ça impatiente mais pas pressée ?

C’est subtil ça Agnès !!

Voyons de plus près.

Cas 1 : Je ne suis ni impatiente ni pressée (le fameux nini)

=> Alors, je suis zen… ?

Cas 2 : Je ne suis pas impatiente mais je suis pressée

=> Alors… je suis en retard ! Mais 1 je n’ai pas envie d’aller à cette réunion de toute façon et 2 je n’aime pas être en retard.

Cas 3 : Je suis impatiente et pressée

=> Alors… je devrais sans doute faire de la sophrologie 😉 Quel est mon rapport au temps ? A l’espace ? Comment je gère mes priorités ? Est-ce que je respire ? Après quoi je cours ? Pourquoi ? Pour qui ? Pourquoi je ne sais pas ralentir ? Vivre le moment présent ?

Etc.

Cas 4 : Je suis impatiente mais je ne suis pas pressée

=> Alors, je suis Agnès Varda et je gère ma life 🙂

Trop forte Agnès.

A savoir, je suis capable d’élan, de motivation et d’envie. Un peu comme un môme à qui on a promis un chocolat, un ciné, une partie de foot ou autre et qui ne parle que de ça, ne rêve que de ça, ne vit que pour ça.

Mais je suis aussi capable d’attendre. De prendre mon temps. D’envisager que ces réjouissances arriveront prochainement, bientôt, sous peu,… Dans un délai incertain mais tout à fait envisageable sereinement.

Un fabuleux cocktail entre l’impatience enfantine et une gestion adulte de la frustration…

Wouahou !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>