Je me suis déjà exprimée sur les dégâts de l’excès d’anticipation

Ici par exemple.

Ici aussi.

Je n’ai pas changé de position 🙂

L’abus d’anticipation est un redoutable nuisible du moment présent.

Il squizze l’ici et le maintenant.

Résultat ?

Nous avons le sentiment que le temps passe trop vite”.

Que nous n’avons pas vu le mois de mai passer (ni celui d’avril, ni tous les précédents).

Et qu’il faudrait qu’on en profite plus…

Sauf qu’en anticipant pour en profiter plus ou mieux, nous ne sommes pas dans le présent mais dans le futur.

Alors comment en profiter ?

Comment régler ce paradoxe ?

Peut-être en dissociant moment présent et projection.

Le moment présent, c’est surtout une histoire de conscience du moment présent.Je mange une fraise. Et au lieu de faire 3 trucs en même temps, je me cantonne à déguster en conscience cette fraise juteuse et odorante que Dame Nature a bien voulu m’offrir…

La projection, c’est plutôt une histoire de vision, de stratégie, d’envie pour les jours à venir.

Ce n’est pas incompatible mais l’idéal est d’apprendre à équilibrer les deux. A articuler les deux.

Ne pas être que dans le moment présent, sinon comment préparer son avenir et construire ses envies ?

Ne pas être que dans le futur, sinon comment profiter de la vie et de ses plaisirs au quotidien ?

Une belle équation ! 😉

La nôtre. La vôtre.

Alors pour l’heure, j’ai envie de vous demander : quelle est – pour vous – l’étape suivante ?

[Cliquez sur Répondre et expliquez-moi ;)]

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>