Platon_sophrologieEn cette période estivale, je me suis dit « il nous faut du lourd » et devinez sur qui je suis tombée ? Platon.

Et bam ! (si c’est pas du lourd ça…).

La période du bac est passée mais il est toujours temps de réviser ses classiques. Wikipédia est notre ami et celui de Platon aussi.

Bref.

Vous savez quoi ?
Eh bien je soupçonne Platon d’avoir commencé à réfléchir sur le concept de sophrologie bien avant que celle-ci ne nous arrive…

Si si lisez plutôt :

« On ne doit pas chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l’âme ».

Alors ? On y va ? Prêt pour le triturage de citation ?

Platon, viens par ici, sors de ta caverne, moi et mes lecteurs avons à te causer.

Je dois te dire tout d’abord cher Platon, que j’aime beaucoup cette phrase que tu as dite. Pourquoi ? Parce qu’elle m’évoque l’exigence d’une prise en compte globale de l’Humain (la fameuse approche “holistique”). Ce qui, pour moi est essentiel.

Secundo, autant pour Albert (Einstein) j’avais tiqué sur l’injonction induite par l’expression « il faut »… Autant là, je te remercie d’insister lourdement (ça tombe bien c’est ce qu’on cherchait) en écrivant « On ne doit pas ». Car au final, ça sonne comme une règle à respecter. Un peu comme « On ne doit pas mettre ses coudes sur la table » ou encore « On ne doit pas parler la bouche pleine », dernier exemple « On ne doit pas manger de fromage sans pain » (exemple plus personnel je te l’accorde).
Bref l’autorité douce qui se dégage de ta citation, me parle.

Tertio, à te lire, on se rend compte que les concepts de corps et d’âme sont intemporels… Si toi tu te posais déjà des questions en 350/400 avant JC, sache que nous aussi, en 2015 après JC, on est encore dessus. C’est d’ailleurs très tendance !

Quarto, Platon je te le dis, tu es un des précurseurs de la sophrologie ! Pourquoi ? Tout simplement parce que la sophrologie a pour effet (entre autres) de renforcer l’harmonie entre notre corps et notre âme, qui dans ce contexte inclut aussi l’esprit. La sophrologie aide à équilibrer l’esprit et le corps, à les réconcilier, à les faire aller dans la même direction et en même temps… Car bien souvent, le corps suit le mouvement, qui est guidé par la tête. Mais lui dans l’affaire ? Qui l’écoute ?
Ré harmoniser tout ça, crois moi, ça fait un bien fou !

Quinto Platon et on va s’arrêter là ensuite, je suis obligée d’évoquer avec toi, ce que ta citation met au jour : l’indéniable lien réciproque entre corps et âme ! Et donc, tout le champ des maladies psychosomatiques… Car oui, corps et âme sont extrêmement reliés entre eux mais là où la nature est bien faite, c’est que l’un et l’autre sont en capacité de nous adresser des signaux quand l’harmonie est menacée ou déjà entamée… Encore faut-il savoir écouter ces signaux… !

En conclusion, Platon je te nomme « sophro-philosophe » ! Car oui la sophrologie permet de développer notre capacité à harmoniser notre corps, notre âme et notre esprit, dans un tout, unique. Parvenir à le faire est une forme de guérison, en soi.

Allez, bonnes vacances à toi Platon !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>