depression_bienetrologieIl y a des jours sans. Il y a des semaines sans. Il y a des mois sans. Et parfois des années même, durant lesquelles nous nous sentons sans tout.

Sans énergie, sans envie, sans but, sans concentration, sans appétit, sans sérénité, sans motivation, sans plaisir, sans intérêt, sans repos, sans estime de soi, sans discernement, sans libido, sans désir en général, sans désir de vie même…

19 % des Français de 15 à 75 ans ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie.

Il ne s’agit pas d’une humeur « comme un lundi » ou d’un passage à vide rempli de blues… Il ne s’agit pas du petit coup de moins bien de début d’hiver, ni du coup de mou du dimanche soir. Non.

Cette tempête-là est bien plus forte. Sournoise et redoutable. Elle apparait sans s’annoncer, elle s’immisce, elle s’invite. Et elle finit par squatter chaque soir, chaque jour, tout le temps. Elle écrase toute essence de vie sur son passage. Elle réduit le corps et l’âme à leur simple nom.

Lorsque la dépression est là, en complément d’un traitement médical, la pratique de la sophrologie peut aider à traverser cet état particulier. Les techniques sophrologiques apportent du mieux-être dans toutes les sphères touchées : le sommeil, l’appétit, l’énergie, l’envie de vivre, l’estime de soi, l’espoir en l’avenir, l’équilibre corps/esprit, le stress, etc.

Elle agit comme un révélateur des ressources de chacun. Son approche n’est définitivement pas déficitaire, elle est au contraire valorisante. Car chacun a de la valeur, des aptitudes, des talents, des expériences positives… et un avenir merveilleux à vivre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>