Certains jours sont plus ensoleillés que d’autres vous avez remarqué ? Au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs. Et parfois la météo et nous, ne sommes pas en phase.

Il pleut des flaques et tout le monde fait la tronche mais vous, vous avez une énergie de folie ! Et puis parfois, le soleil brille, ça enchante tout le monde sauf vous… votre humeur est morose, absolument pas lumineuse.

Déphasage total.

Quand nous avons la pêche, que dire ? Rien. Profitons-en 😉 Surfons allègrement sur notre flamme intérieure et sourions à la vie autant qu’elle nous sourit. Accueillons tout ce bon en nous !

Et quand nous sommes de mauvais poil (tiens à propos) et que tout nous parait pénible, que faire ?

A ce stade plusieurs possibilités. Il y aura ceux qui vont tenter (et réussir parfois) de se mettre un immense coup de pied au derrière en suivant la méthode « Allezzzzzzzz on se bouge là ! ».

Et il y a ceux qui vont se trainer leur absence d’énergie toute la journée voire toute la semaine en râlant. J’en peux pu, je suis crevé(e), je n’ai envie de rien, je ne sens rien, je ne vois plus rien, je ne sais pas ce que je veux, je suis pas bien…

Et oui.

Ça arrive.

Parfois.

Ça s’appelle : être humain.

Vous allez me dire « oui OK mais c’est lourd comme état ».

Oui c’est vrai.

Ou pas.

Moi j’ai envie de vous proposer de faire la chose suivante :

« Décidez de ne rien décider. Acceptez ce qui est là ».

En ouvrant les bras à nos états d’âme, nous les laissons s’exprimer. Ce n’est pas pour rien qu’ils nous habitent vous savez. Bien souvent, ils nous envoient même des petits messages 😉

Mais pour les entendre, il faut les écouter. Et la plupart du temps, on est en mode « coup de pied aux fesses ». Se bouger, faire, agir, avancer coute que coute.

Je ne critique pas cette attitude qui consiste à positiver (ou au moins à essayer).  Au contraire.

Je propose une alternative.

Une alternative que nous n’utilisons peu ou jamais.

Décider, de ne rien décider et accueillir ce qui est.

L’idée est de se plonger en nous. De tendre l’oreille tendrement. D’ouvrir nos yeux, de connecter nos sens.

Et de sentir.

De ressentir.

Quelle est cette émotion ? Quel est le sentiment qui m’habite ? Que m’indique ce vide ?

Une fois identifiés, laissez faire.

Un peu comme le comprimé effervescent dans le verre. A un moment donné, ça s’arrête. Et tout à coup, l’eau est plus claire. Transparente.

Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Alors si aujourd’hui votre humeur est fragile et que vous vous sentez vulnérable, « prenez-vous dans les bras avec bienveillance » et laissez couler quelques heures. Ce qui est là n’est pas là par hasard.

Le soleil va réapparaitre mais il faut laisser passer les perturbations avant 😉

 

4 Comments

  1. Delphine

    Je suis en plein dans cette période. Et justement je me suis dit qu’il fallait que je m’écoute et ne pas vouloir à tout prix me forcer à aller bien. Je sais que ce n’est qu’un passage et que le soleil reviendra alors je me dis que ça a forcément du sens.

    • Dominique

      Bonjour Delphine,
      Merci pour votre lecture et votre commentaire.
      Vous ajoutez une donnée évidente : l’intuition 😉 L’écouter est extrêmement précieux en effet.
      Continuez à vous laisser tranquille, vous avez bien raison.
      A bientôt (au soleil ?)

  2. Flo

    Bonjour,
    Je suis tout à fait dans la même veine. Je dirais même que le soleil (peut être intérieur) et l’énergie reviennent plus vite quand on “profite” de ce temps d’hibernation.
    Le nom de ton sit est vraiment top ! Bravo,

    Au plaisir de te lire

    • Dominique

      Bonjour Flo et merci pour ton commentaire boostant 😉
      Oui l’hibernation n’existe pas par hasard !
      Belle journée à toi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>