emprisonnes_bienetrologieSans tomber dans la théorie du complot, figurez-vous que nous sommes tous « drivés » sans le savoir. Une force invisible guidant nos pensées, nos actions et nos comportements nous colle à la peau (je ne parle pas de drogue !). Cette force nous envoie un message contraignant, toujours le même. Et nous, nous l’écoutons, « naturellement ».

Ce message nous vient de notre enfance, des personnes qui se sont chargées de notre éducation. A leurs yeux, il marque la condition sine qua non de leur reconnaissance (mais en étaient-ils eux-mêmes conscients ? pas sûr…). Autrement dit, une fois adulte, nous sommes le fruit de ces messages contraignants et des expériences que nous avons faites. Nous avons grandi avec ces petites voix dans les oreilles pour le meilleur mais surtout pour le pire (quand je vous dis que la vie n’est pas un long fleuve tranquille…). Nous avons intériorisé la dynamique de notre message number one (il y en a cinq)  et attendons des Autres qu’ils pensent et agissent en conformité avec celui-ci (logique) ! Nous avons construit tout un tas de croyances (environ deux ou trois louches) à partir de ces messages et notre façon d’être est conduite par eux.

Ok merci du cadeau.

Cette conceptualisation nous vient d’Eric Berne, le père de l’Analyse Transactionnelle qui permet d’une part de lire les relations entre les êtres humains à partir de ce qui se joue pour eux et d’autre part d’obtenir des solutions pour mieux communiquer.

Il y a cinq messages, faites-vos jeux messieurs dames !

« Sois parfait » sous-entendu ce n’est jamais assez bien, tu peux mieux faire (je revois mes carnets de notes…). Bosseurs exigeants tentant d’atteindre un niveau toujours plus haut.  Les « sois parfait » donnent de précieux collaborateurs mais aussi d’excellents candidats au burn-out !

« Sois fort » sous-entendu ne pleure pas, sois courageux… Les « sois fort » sont résistants et imaginatifs mais ont du mal à supporter les « êtres faibles ». Ils se positionnent sur le devant pour ne pas montrer leurs failles ou leurs émotions. Ils sont autonomes (voire isolés) et ont du mal à demander de l’aide…

« Dépêche-toi » sous-entendu encore plus vite, sois plus rapide. Les « dépêche-toi » sont efficaces et évidemment savent honorer des délais courts mais comme ils font tout très vite, ils sacrifient parfois la qualité… Ils s’agacent de la lenteur des autres et n’aiment rester dans le silence. Ils doivent apprendre à ralentir.

« Fais des efforts » sous-entendu on n’a rien sans rien. Les « fais des efforts » sont des bosseurs patients et persévérants qui ont intériorisé l’idée d’une certaine pénibilité dans l’agir. Ils ont besoin de soutien et d’apprendre à être guidé par le plaisir.

« Fais plaisir »…. sous-entendu sois gentil, fais-moi plaisir.  Les « fais plaisir » font leur maximum pour le bonheur des autres. Ils sont tournés vers les autres et ont du mal à penser à eux. Ils doivent apprendre à écouter leurs besoins et à dire « non ».

Ça vous parle ?

Rassurez-vous, rien n’est figé pour toujours. Il est possible, une fois avoir identifié quel « driver » nous caractérisait, d’apprendre à rééquilibrer nos comportements, d’apprendre à faire autrement pour vivre plus en accord avec soi, pour s’épanouir davantage et ne plus subir. La sophrologie peut par exemple aider à identifier ce que l’on ressent lorsque l’on agit selon son driver et non selon son désir profond et à inscrire peu à peu un nouveau mode de fonctionnement plus respectueux de soi.

Alors si vous voulez être parfait, faites un effort et s’il vous plait dépêchez-vous : faites de la sophrologie, vous serez plus fort !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>