beauxyeux_bienetrologieVous avez vu ? On a passé le 15 août… Moi ça m’a fichu un coup. Ça y est, les vacances c’est (presque ?) fini, l’été c’est quasi fini, les pêches c’est fini. Sortez les cartaaaaables !

Heureusement, Roro est là. Robert Orben de son vrai nom. Ecrivain et humoriste américain, né en 1927. Vous le connaissez ?

Alors après Platon, que nous dit Robert Orben ? Eh bien le Roro, il dit :

« Un compliment est un rayon de soleil verbal ».

C’est y pas mignon ça ?

Pourquoi ce choix de citation ? Je vais vous le dire. Il y a deux raisons :

1/ La 1ère est l’emploi de l’expression  « soleil verbal ». J’a-dore (ma chérie c’est magnifaïque) ! Ça sonne chaud dans le cœur, comme une caresse toute douce mais pas avec la main, juste avec des mots. Car oui, les mots ont du pouvoir. Ils sont capables de tout. Du meilleur comme du pire… Trouver le mot juste n’est pas toujours facile et pourtant notre langue est infinie… Les mots sont toujours importants. Ils ont du sens. Le leur et leur nôtre si on peut dire 😉 A nous de bien les choisir…

2/ La seconde raison ? La notion de compliment. Ça n’a pas l’air comme ça mais peu de gens savent recevoir un compliment (et/ou en faire)… Du coup c’est toute une forme de communication qui est amputée.

Exemple :
– Wouah il est super beau ton foulard !
– Oh celui-là ? C’est trois fois rien, je l’ai payé 5 euros pendant les soldes.

Vous allez me dire : quel est le problème ?

Le problème c’est ce parapluie, là au-dessus de la tête de la personne qui reçoit un compliment… Il empêche le soleil verbal de diffuser ses rayons et de réchauffer. Pourquoi ? Tout simplement parce que parfois, on ne se sent pas digne de « strokes positifs » c’est-à-dire de recevoir de belles choses, de jolis mots et de tendres sentiments à notre égard. Notre estime fragile nous fait prendre systématiquement notre parapluie dès fois que les rayons du soleil nous apporteraient un peu trop de chaleur…

Dommage.

Car recevoir un compliment c’est reconnaitre notre valeur et celle de nos actes. Réviser un compliment en ajoutant systématiquement une « raison » (bidon la plupart du temps) qui minimise, c’est avouer qu’on ne s’aime pas tant que ça finalement et que l’on n’est pas digne de cette bienveillance.

Alors comment répondre à un compliment ?

Le mieux est de sourire, puis de remercier la personne. Ensuite, il suffit d’accueillir avec gratitude le rayon de soleil verbal dans notre tête, notre corps et surtout notre cœur, pour en profiter un max… Parce que oui, nous le valons bien. Essayez, vous m’en direz des nouvelles !

Sur ce, tchao Roro et merci.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>