Celles et ceux qui me lisent depuis un moment le savent : j’adoooore l’automne. Cette année bizarrement, je me sens un peu « à distance ». Peut-être parce que les températures restaient estivales jusque-là ?

Quoiqu’il en soit, cette saison me parle. Tout du moins en théorie et par expérience. 

Alors ces jours-ci, j’essaie de m’y mettre. J’essaie de regarder chaque jour comment évoluent le tilleul et le marronnier dans mon jardin. J’essaie de capter cette belle lumière claire de septembre que j’aime par dessus tout, surtout le soir vers 19 heures. J’essaie d’envisager de remettre des chaussettes et des chaussures fermées (#bof). J’essaie de penser à ce qui vient inéluctablement… en constatant que chez moi, en moi, le mode automne ne s’est pas encore enclenché ! J’ai comme une sensation que ma mise à jour interne ne s’est pas faite.  

Quand je me lève le matin, je m’étonne qu’il fasse nuit. Je m’étonne qu’il fasse un peu frais. Je m’étonne que des feuilles orange foncé jonchent la pelouse et fassent scrr scrr quand je leur marche dessus. Je m’étonne qu’il faille chasser la buée dans la voiture. Je m’étonne de ne pas avoir pris mon foulard. Et le soir, ça ne loupe pas, je m’étonne qu’il fasse « déjà nuit ».
Bref c’est officiellement l’automne mais pas encore dans mon organisme. 

Comment faire alors ? Comment palier à ce décalage étrange ? 

Faut-il trier ses affaires d’été ? Ranger ses sandales ? Ressortir bottines et collants opaques ? 
Faut-il dès ce soir se faire une soupe de potimarron ? 
Faut-il rentrer du bois ? 
Faut-il commencer à ramasser les feuilles ? 
Faut-il fermer les volets à 19h30 ?
Faut-il se réjouir de partir de nuit le matin ? 
… 

Lire aussi  Vingt mille lieux sur la Terre

En fait, là tout de suite, à la question « comment palier à ce décalage étrange ? » j’ai envie de répondre : 

En ne faisant strictement rien finalement. 
En lâchant prise sur cette date du 23/9. #MouaisEtAlors
En se faisant confiance et en faisant confiance à l’univers pour nous mettre sur la voie tranquillement. 
En acceptant l’inconfort ou la transition, aussi floue soit-elle. 
En vivant au présent. Tout simplement. 

Après tout, on a le droit de ne pas être raccord ! Ce n’est pas pour cela que c’est négatif. #paf

J’ai envie de faire mentir les magazines qui veulent qu’on se « prépare ». Prépare à quoi ? Une guerre de citrouilles peut-être ?? 

Non je n’ai pas envie de me préparer. J’ai simplement envie de me laisser vivre dans ce rythme flou, pour voir. 

Et vous ? Vous en êtes où avec l’automne ? Où en est l’automne avec vous ? 🙂 

 

Partagez !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.