DrĂŽle de question, je vous l’accorde. Pourtant, si nous nous demandons si nous nous traitons comme nous le ferions avec notre meilleur(e) ami(e), les choses prennent sens.

Je m’explique 😉

Le Larousse dĂ©finit l’amitiĂ© comme : « un sentiment d’affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu’une personne tĂ©moigne Ă  une autre« .

Quand je lis cette dĂ©finition, deux mots m’interpellent : affection & tĂ©moigne.

Sommes-nous capable d’amitiĂ© envers nous-mĂȘme ? Sommes-nous affectueux, attachĂ©, sympathique et dĂ©monstratif avec nous-mĂȘme ?

Certains d’entre nous peuvent dĂ©ployer des trĂ©sors de gentillesse ou d’attention pour leurs amis, en dĂ©nichant le cadeau personnalisĂ© parfait, en Ă©tant une oreille attentive et bienveillante Ă  toute heure du jour ou de la nuit, en rĂ©pondant toujours prĂ©sent pour aider ou rendre service…

Mais pour soi-mĂȘme ? Qu’avons-nous Ă  nous offrir ou Ă  nous tĂ©moigner ?

Etre son/sa meilleur(e) ami(e) et essayer d’agir comme tel(le) remet les pendules Ă  l’heure 😉 Pourquoi ?

Parce qu’en amitiĂ©, idĂ©alement :

Il n’y a pas de jugement, nous accueillons l’autre tel qu’il est.

Il y a du respect.

Il y a de l’Ă©coute et de la disponibilitĂ©.

Il y a de la bienveillance.

Il y a du partage.

Il y a des expériences qui renforcent le lien.

Il y a des changements, des Ă©vĂ©nements et des dĂ©cisions qui nĂ©cessitent de recaler les liens pour qu’ils soient actifs et vivants.

Il y a de la place pour exprimer ce que l’on a sur le cƓur en confiance et de façon constructive.

Il y a la possibilité de se montrer vulnérable et traversé par des émotions de toutes sortes.

Il y a de la joie, des rires, du fun et aussi, de belles et riches discussions.

Lire aussi  Les rituels sont nos amis

Il y a de la franchise, de l’authenticitĂ©, de la confiance, de la tolĂ©rance.

Il y a de l’attachement, de la loyautĂ©, de la fidĂ©litĂ©.

Il y a du soutien, de l’encouragement.

Il y a quelque chose de positif et de stimulant qui nous tire vers le haut. Il y a surtout assez d’affection pour exister pleinement, sans retenue.

Etre son meilleur ami, c’est en quelque sorte,apprendre Ă  s’aimer et Ă  s’occuper de soi.

Pour cela, observons-nous. Agissons-nous pour nous-mĂȘme comme nous le faisons avec notre meilleur(e) ami(e) ? Sommes-nous autant Ă  l’Ă©coute, disponible ? Que pouvons-nous modifier ou faire pour devenir notre meilleur(e) ami(e) ? 😉

Partagez !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.