Vous allez sans doute me répondre : “pas trop mal”, “semaine pourrie”, “j’ai hâte qu’elle se termine”, “bonne semaine”, “ça aurait pu être mieux”, “j’ai passé une excellente semaine”…

Mais que disent ces réponses ?

Rien.

Du tout.

#désolée

 

Imaginons que je vous pose la question autrement :

Que retenez-vous de votre semaine ?

 

Ah là tout à coup, les choses prennent un autre relief !

Cette façon de poser la question nous oblige à prendre conscience de ce que ces journées ont produit sur nous, en nous.

Elle nous invite à nous pencher sur leur processus de “métabolisation”.

Elle nous invite à en extraire la substantifique moelle !

 

Cet exercice nous oblige à sélectionner ce qui a été le plus marquant.

En négatif et en positif.

 

En listant les deux ou trois faits spécifiques de notre semaine, nous les installons dans notre mémoire et inscrivons nos ressentis dans notre conscience.

Nous travaillons ainsi notre rapport au temps et surtout au moment présent. Sans cela, les jours défilent et nous finissons par dire “je n’ai pas vu la semaine passer”.

En fixant des faits, des visages ou des sensations, nous pouvons par la suite, définir des intentions.

Nous sommes tous capables de capitaliser sur ce que nous vivons.

Nous sommes tous capables d’en tirer des intentions à venir.

Si vous avez couru après votre temps toute la semaine, votre intention pour la prochaine peut être de vous organiser autrement, de différer certaines tâches ou de les déléguer.

Ce que nous retenons de notre semaine se relie naturellement à notre bien-être (ou à notre mal-être).

Si vous avez kiffé la réunion de mardi matin c’est qu’elle vous a semblé productive, intéressante, stimulante et que vous vous êtes senti à votre place et performant.

Si vous avez le sentiment d’avoir trop crié sur vos enfants mercredi soir, c’est que vous étiez arrivé à vos limites et que la situation vous a mis en tension. Il faut alors envisager de vous reposer, de modifier certains fonctionnements aussi peut-être.

Dans les deux cas, cela sonne comme un thermomètre interne.

Qui indique la température (#logique) mais aussi qui nous apprend de nous-même.

Se développer personnellement commence par regarder comment nous vivons ce que nous vivons…

 

Alors ?

Que retenez-vous de votre semaine ? 😉

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>