quoi sophrologie

On en parle, on en parle mais de quoi parle t-on justement ?
Voici ci-dessous quelques repères.

Au commencement…

La sophrologie a été conceptualisée dans les années 60 par le Dr Alfonso Caycedo, docteur en médecine et chirurgie, spécialiste en neurologie et psychiatre exerçant à l’Hôpital Clinique de Barcelone et professeur agrégé de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone.

Elle s’inspire de différentes techniques orientales : le yoga, la méditation, le Zen, le Tummo.

Le terme de « sophrologie » vient du grec :
OS= Equilibre, harmonie – PHREN= Esprit, conscience – LOGOS= Science.

Cette méthode repose sur un ensemble d’exercices simples visant à harmoniser le corps et l’esprit.

La sophrologie s’appuie sur quatre principes fondamentaux

Le principe de réalité objective : être conscient de soi dans l’ici et le maintenant et adapter son action à la réalité de la situation.

Le principe d’intégration du schéma corporel comme réalité vécue : à l’aide des entrainements, expérimenter de multiples sensations corporelles pour appréhender de façon juste son corps, ses limites, ses formes… Travailler sur les représentations que l’on s’en fait.

Le principe d’action positive : renforcer la pensée positive dans le corps et l’esprit pour s’épanouir, écouter ses désirs, ses besoins et mener à bien ses projet.

La nécessité de l’entrainement : la sophrologie nécessite que les techniques proposées soient répétées très régulièrement.  Peu à peu, la conscience de soi augmente et le mieux-être se fait sentir.

Et concrètement ?

Les pratiques proposées en sophrologie sont de quatre types :

  • des exercices de respiration
  • des exercices de relaxation
  • des mouvements alternant tension et relâchement musculaire
  • des visualisations.

La sophrologie se pratique debout, assis ou en position allongée.

Elle peut être utile dans de nombreuses situations de la vie car son champ d’application est large.
Par exemple : un mal-être personnel ou un manque de confiance en soi, des relations compliquées, une souffrance au travail, la maladie, le passage d’examens ou la compétition sportive, la grossesse…

Pour plus d’information sur les champs d’application de la sophrologie, lire la page Dans quel cas pratiquer la sophrologie ?


Lire aussi : Vous avez dit bien-êtrologie ?

Retour à l’accueil

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>