accoucherBonjour à tous, êtres bien-êtrologiques ! Comment allez-vous ? Votre corps et votre esprit sont-ils en harmonie ? Si ce n’est pas le cas, je connais une méthode infaillible pour vous y aider ! Ça s’appelle la sophrologie 🙂

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une image. Puissante, utile, parlante, rassurante !

Je vous explique.

J’ai le plaisir d’accompagner des femmes durant leur grossesse. Parce que vous ne le savez peut-être pas mais la sophrologie est un excellent outil pour bien vivre ces neuf mois de transformation, de réaménagement et d’accueil.

Dans ma pratique, je rencontre des petits bidons qui deviennent gros, je perçois des bébés bouger durant les séances, je vois des femmes heureuses, angoissées, amusées, impatientes, apeurées, joyeuses, impatientes,…

Nos séances de sophrologie se déroulent à trois : elles, moi et… leurs bébés 😉 Ou quatre lorsque les papas se joignent.

Lorsque les mois passent et que le tour de taille de ces dames devient magnifiquement… incontournable, des questionnements apparaissent sur l’accouchement. Un peu comme si la fameuse DPA (date prévue d’accouchement) approchait et que naturellement la conscience psycho corporelle de ces mamans se tournait vers le moment précis de la sortie du bébé.

La sortie… Faire passer bébé par son bassin. Le laisser glisser entre ses jambes. L’accueillir après qu’il ait pris le passage sacré. Pour certaines, c’est magique, pour d’autres c’est… tragique ! Va-t-il passer ? Vais-je y arriver ? N’est-il pas trop gros ? Mon corps va-t-il s’adapter ?

Nous ne sommes pas toutes égales face à la grossesse, à l’accouchement ou la parentalité. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte dans notre façon de vivre tout ça… Et dans ces inégalités, il y a notre façon de faire face et de gérer la douleur physique. La douleur des contractions notamment. Lorsque ces femmes sont des primipares (c’est-à-dire lorsqu’elles attendent leur 1er enfant), la douleur de l’accouchement et des contractions c’est un peu comme si elles avaient lu tout le Routard de l’Inde sans y être encore allé.

Images, représentations, fantasmes, hypothèses… théorie. Ah ces contractions ! Un excellent sujet de conversation. De quoi alimenter plusieurs heures de papotages !

Bien souvent, il arrive le moment où le mental de ces femmes est focalisé sur ce phénomène unique : la douleur des contractions. Leur corps semble un peu perplexe mais fort de l’expérience de milliards de femmes avant elles, il se prépare en coulisses.

La botte secrète de la sophrologie c’est de renverser le paradigme. Les contractions ne sont pas que des vicieuses qui font mal… Elles sont surtout le moyen de rapprocher les mères et les pères du moment de la rencontre d’avec leur enfant. Elles poussent bébé sur le chemin et elles alertent la mère (et le père) que le processus est lancé et qu’il faut qu’elles l’accompagnent.

Ainsi, en sophrologie, les contractions sont des vagues. En état de détente, ces femmes enceintes visualisent une vague qui succède à une autre, qui monte, atteint son maximum pour ensuite redescendre et disparaitre. Cette vague a un rythme, une force, un début et surtout une fin ! (ouf).

Et chaque vague a pour vocation de mener à la rencontre tant attendue… Belle mission non ?

L’image de la vague fait vraiment écho auprès des femmes que j’accompagne. Complétée par des exercices de respiration, elles acquièrent des repères et des outils pour se sentir prêtes  à vivre l’arrivée de leur enfant dans leur corps, dans leur esprit… et dans leur cœur 😉

Soit dit en passant « se sentir prêtes » n’est que subjectif ! Aucun praticien quel qu’il soit ne peut décréter que telle ou telle femme est prête.

Faire de la sophrologie durant sa grossesse et en vue de l’accouchement, c’est reprendre le contact avec son corps dans un contexte de suivi très médicalisé qui peut parfois éloigner de l’essentiel : soi-même.

Faire de la sophrologie durant sa grossesse et en vue de l’accouchement, c’est chercher l’harmonie, l’apaisement et l’ouverture face au changement psycho corporel vécu.

Faire de la sophrologie durant sa grossesse et en vue de l’accouchement, c’est développer l’écoute de soi, l’écoute de son bébé, le nouveau lien qui se tisse…

Faire de la sophrologie durant sa grossesse et en vue de l’accouchement, c’est favoriser un bien-être bienveillant et partagé.

Faire de la sophrologie durant sa grossesse et en vue de l’accouchement, c’est s’aider à traverser un moment unique en pleine conscience et à potentialiser ses ressources propres.

Mesdames primipares ou non, et si nous surfions sur la vague de la vie ? 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>