Voilà un titre franc et direct qui annonce la couleur.

Cette réflexion vient de mon expérience en tant que femme, en tant que thérapeute et en tant qu’amie.

En amour, tout comme dans toute forme de relation (pro, amicale, etc.), j’ai à présent la conviction que les sentiments, l’amour que l’on ressent, ne suffit pas.

J’ai conscience que cette phrase a un effet coup de poing.

J’en ai pour preuve le nombre de récits de vie de femmes (ma clientèle est majoritairement féminine) qui constatent que malgré l’attachement, le lien, l’histoire de leur couple, les sentiments bien réels, quelque chose ne va pas.

Quelque chose au goût d’insatisfaisant ou d’inachevé. Qui met en attente, qui rend affamé, qui met le doute aussi parfois.

Pourquoi ?

Parce que les sentiments c’est bien, les actes c’est encore mieux pour rendre une relation vivante !

Et bonne à partager.

Le style, je t’aime mais je ne fais rien pour alimenter la relation, lasse.

Le plan, tu es merveilleuse et rien que lorsque tu es là je suis bien, ne suffit pas au bout d’un moment.

La relation, les relations en général, ont besoin d’essence, comme dans une voiture. Si on n’en met pas, ça n’avance pas. (phrase à tweeter !!)

L’essence (pour les amateurs de belles bagnoles) ou les bûches (pour les amateurs de feux de cheminée) représentent ce que chacun met dans le lien.

Si je mets mes sentiments mais rien de plus, la relation aura du mal à rester pétillante et à se remplir d’expériences communes.

Si je nourris la relation de petits gestes, de paroles, d’actes concrets, etc. je crée les conditions d’un réel partage et d’un réel échange.

Je fais une vraie place à l’altérité. Je m’enrichis de la différence de l’autre. Je prends ce qui vibre en moi.

Et force est de constater que la plupart d’entre nous attendons que l’autre aille mettre de l’essence ou poser une ou deux bûches.

Au-delà des périodes dans lesquelles chacun traverse ce qu’il a à traverser individuellement, il semble important de se demander régulièrement :

Lire aussi  Pourquoi je n'aime pas les relations fusionnelles

qu’est-ce que je mets dans notre relation ?

C’est vrai que parfois l’élan de l’un motive l’autre puis les rôles s’inversent au profit d’un projet par exemple.

Dans tous les cas, il faut des actes au-delà des paroles.


Regardez les récits d’amours à distance ! Parfait à lire sur la plage mais tellement difficile à vivre. Avec cette injonction que les moments passés ensemble doivent être parfaits puisque trop rares et si peu connectés à la « réalité »…

La façon de fonctionner dans le couple prend différentes formes. A ce propos, les livres de Gary Chapman sur les 5 langages de l’amour peuvent être éclairants. Nous n’aimons pas tous de la même manière. Nous ne prouvons pas notre amour de la même façon. Nous n’avons pas les mêmes besoins en amour.

En gros il y a cinq supports au lien :

  • les paroles valorisantes
  • les moments de qualité
  • les cadeaux
  • les services rendus
  • le contact physique.

Si vous attendez des mots alors que votre partenaire attend un câlin, ça va être compliqué. Chacun restera devant la pompe à essence ou face au tas de bois sans bouger.

Alors, bien que ce sujet me passionne et m’amènerait assez naturellement à écrire des lignes et des lignes… résumons.
Les paroles sont les amies des actes.

Essence ou bois, il faut se bouger le popotin pour nourrir la relation.

Et peut-être que nous pouvons nous poser régulièrement la question :

je mets quoi dans le feu en ce moment ?

quelle est ma contribution?

Quelle que soit la réponse, un double mouvement est à identifier. Celui de l’autre vers soi et celui de soi vers l’autre.

Les paroles permettront d’exprimer, de dire, de mettre au jour les besoins et les limites (mes deux obsessions !) de chacun. Les actes donneront ce boost vitaminique qui relie tout, qui soude l’ensemble, qui rappelle le sens de la relation.

Quoi de mieux que de partager des moments de vie ? Des soirées, des expos, des voyages, des lectures, des concerts, etc. ?

Lire aussi  Comment s'engueuler de façon constructive ?

C’est propre à toutes les relations.

Regardez le confinement ! Regardez les méfaits du télétravail ! Ce qui nous manque le plus au fond, c’est le partage IRL !

Pour de vrai, en chair et en os.

Pour que nos corps soient sollicités dans ce qu’ils ont de plus chouette : leur présence.

Pour que nos petites cellules vibrent en ressentant le moment présent partagé avec l’autre.

J’en conviens, cela n’est pas toujours aisé. Nous faisons bien ce que nous pouvons mais pensons à notre « réelle contribution » au quotidien.

Je fais quoi de cette voiture qui me permet le mouvement ? Je fais quoi de ce feu qui réchauffe mon cœur ?

Je les regarde tomber en panne et s’éteindre ? Ou je me bouge pour qu’ils restent en vie ?

Ah les relations humaines ! C’est le gros dossier tout de même.

Ma porte d’entrée de ce jour est le couple. Parce que le confinement n’a pas été évident pour tous les couples…


Mais cette chronique peut être transposée à tout type de relation : celle avec mes enfants, celle avec ma / mon boss, celle avec mes voisins, celle avec mes amis, celle avec ma famille…

Alors on y va. On file à la pompe à essence ou dans les bois mais on se bouge pour rendre ce qui nous rend heureux : vivant !

Partagez !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.