J’ai envie de parler « fluidité » aujourd’hui.

Vous savez cette sensation si bonne à l’intérieur que tout coule de source et que tout se passe exactement comme on le souhaite.

Bon je vous l’accorde, on ne peut pas vraiment dire qu’actuellement, nous sommes dans un immense moment de fluidité…

Justement, nous sommes en plein exercice pratique de fluidité !

On essaie, on tente des choses, on s’habitue plus ou moins, on refuse puis on accepte, on s’interroge, on questionne les autres, on écoute les infos, on refuse d’écouter les infos,…

On oeuvre à rendre tout ça, plus fluide en fait.

Et c’est sans doute ce que nous cherchons à faire toute notre vie.

Ce mécanisme intérieur de réajustement, ré-adaptation, ré-équilibrage au service de notre bien-être.

Parce que par moment, ça coince.

L’engrenage manque d’huile. Ça crisse.

Quand c’est le cas, les personnes qui aiment contrôler et maîtriser, souffrent plus que les autres.

Les personnes qui ont du mal à se faire confiance, à faire confiance à la Vie, traversent des émotions extrêmement désagréables.

Les personnes impatientes, stressées, pressées, ressentent beaucoup d’inconfort.

Car pour que la fluidité prenne sa place dans nos vies, il faut la lui faire.

Il faut accueillir les remous et surfer sur leur vague.

Il faut accueillir les courants d’air et se laisser planer sur d’eux.

Il faut accepter le petit caillou dans la chaussure et apprendre à marcher à cloche-pied.

Le temps que le calme revienne, le temps que l’apaisement puisse ré-apparaître.

Jusqu’au prochain cycle.

En installant la peur et le stress en soi, on augmente le risque d’influidité (oui je sais ce mot n’existe pas dans la vraie vie mais je l’invente pour rendre fluide mon idée !).

En installant la paix en soi, on augmente ses chances de fluidité car on trouve une voie plus facile.

Alors choisissons notre camp.

Autorisons-nous à nous décaler et à nous réinventer. En nous accueillant tout d’abord dans et avec nos ressentis.

Puis plutôt que de nous acharner, de bloquer, de tourner en boucle et de nous faire du mal, à nous laisser l’occasion de tester autre chose et autrement.

Au pire, nous prenons le risque que ça marche 🙂

Partagez !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.