J’étais dans ma voiture, je roulais sur l’autoroute, le soleil printanier brillait fort. J’étais bien. Disponible à ma pensée, à mes sensations, quand tout à coup :

Mon esprit est parti sur les surprises.

(Ne me demandez pas “pourquoi”… je n’en sais absolument rien).

Les surprises. Vous savez ces moments ou ces choses que l’on prépare pour vous.

Ces évènement inattendus que d’autres imaginent pour vous en cherchant à vous faire plaisir.

A ce propos, il y a deux “camps”.

Ceux qui adooooorent les surprises comme on peut adorer les sushis.

Et les autres.

Ceux qui détestent mais sourient. Ceux qui aiment moyennement mais font un effort “ça lui faisait tellement plaisir de me faire plaisir”….

Et donc ?

Et donc, dans ma voiture, j’ai fait le lien. Sans doute d’autres l’auront fait avant moi. Mais moi c’est récent 🙂

Le lien ?

Le lien entre le fait d’aimer les surprises et notre capacité à lâcher-prise.

Et bam ! Intéressant je trouve d’attaquer le truc de ce point de vue là.

Aimer les surprises c’est aimer se laisser surprendre. C’est donc ouvrir son cœur et sa conscience à l’imprévu et accepter de ne pas contrôler.

Ce que font difficilement d’autres. Les surprises ont alors un goût de hors champ. Elles poussent trop en dehors de la zone de confort pour être réellement appréciées. Elles demandent trop à laisser monter des émotions, des ressentis spontanés. Hors de tout calcul, de toute préparation, de tout contrôle… No way !

Aimer être surpris demande sans doute une bonne dose d’espace.

Pour soi, pour l’autre, pour ce qui est de l’ordre de la pure découverte.

La vie parfois nous en fait des surprises. Nous les vivons à 100% ou alors, nous nous arrangeons pour ne pas les laisser advenir…

Pourtant, il est parfois si bon de se laisser faire par les cadeaux que la vie nous envoie 🙂

Isn’t it ?

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>